ARUTAM la versíon española the english version


Introduction

    Ce qui suit est une entrevue enregistrée avec un chaman shuar. Il a pris trois jours de marche en haut et en bas des collines boueuses. Nous avons marché dans l'eau à travers quelques ruisseaux et finalement avons fait la dernière partie dans une pirogue. Après quelques jours de séjour, nous nous asseyons un après-midi et l'entrevue a commencé. Elle a duré jusqu'au coucher du soleil. Alors nous avons pris natem ensemble.

Dans le monde ont existées et existent centaines de groupes autochtones qu'au contact avec la culture de l'ouest ont été exclu, inconnu et dévalué dans l'environnement entier de leur culture, car on ignore leur forme de vie ou à cause de l'ethnocentrisme donc est marqué la culture de l'ouest.

Chaque culture a sa civilisation; dans lequel elle peut se démontrer: la forme d'organisation, le travail, les croyances, les techniques, etc.. En même temps la culture est fondamentalement l'expérience du peuple qui ont des manifestations idéologiques dans la philosophie et la religion. Pour cette raison tout groupe ethnique a quelqu'un dans qui ils ont foi et cette foi est exprimée dans les rites et les mythes, avec le but d'acquérir de ce quelqu'un la bénédiction pour une meilleure vie, et le nom de cette existence varie prenant en considération la particularité de chaque groupe ethnique.

Notre culture Shuar de mêmes que les autres cultures, dans leur recherche de la fondation d'existence, reconnaissent une existence considérée supérieure, cella qui toujours a offerte au Shuar tout le support spirituel dont nous avons eu besoin du monde surnaturel. Le Shuar l'appelle Arutam. Je laisse pour qui veut approfondir dans le sens théologique, la signification de ce nom,; Je le prends plutôt comme l'expression de l'intégralité de cette existence, de même que l'ont conçu nos grands-parents et tel qu'ils l'ont vécu jusqu'à maintenant de l'antiquité.

Cette existence, puissante et mystérieuse, est cella qui a supporté la survie des gens et de chaque Shuar à l'intérieur de la jungle d'Amazone.

Bien que la culture Shuar ait été considérée "sauvage, sans religion et sans Dieu" par quelques investigateurs célèbres qui ont publié des textes différents, pas seulement diffusés dans ce pays mais aussi dans les pays d'Europe, stimulant de cette manière ceux qui ont transformé les rites sacrés dans les démonstrations folkloriques de récréation et la distraction dans l'apogée de l'agression culturelle; nous continuons à soulever nos voix pour les faire comprendre ceux qui ne comprennent pas anthropologiquement aucune culture n'est supérieure aux autres mais plutôt chacun organise son propre monde de sa manière, d'après ses propres principes et d'après ses nécessités il élabore ses techniques (rituels).

Il n'est pas juste de minimiser notre monde, non plus de détériorer nos valeurs. Arutam malgré touts ces mauvais traitements, par ceux qui ne le comprennent pas, continue à être celui qu'il est. Arutam va au-delà tout ce qu'on peut dire de lui par ceux qui essaient de l'embrasser ou de le réduire au folklore. Arutam continue à vivre dans l'âme Shuar "dans sa maison", les cascades continueront à transmettre son pouvoir et sa force aux enfants qui le demandent de lui; malgré toutes les intentions de ceux qui paraissent qu'ils veulent nous détruire, en détruisant la réalité d'Arutam d'abord ou nous faisant douter de lui avec leurs interprétations faciles.

C'est aussi vrai un autre aspect. La présence d'étrangers qui avec une conscience que je juge trompé, viennent prendre les images, filmer, etc.. pour plus tard les publier et quelques-uns de nous ont peut-être perdus leur identité se prêtent aux démonstrations dans nos robes de cérémonie afin qu'ils les publient dans les magazines. Je n'approuve pas ces expressions. Je crois qu'avec Arutam les choses sont sérieuses. Personne ne peut, sans autorisation, arrivez à la maison du président de notre pays, ou la Maison Blanche d'Amérique du Nord pour filmer ou prendre les photos sans demander l'audience précédemment.

Je respecte les idées de mes aînés qui disent qu'on ne peut pas faire les expressions aux cascades qui ne sont pas caractéristiques de la place, non plus porter dehors les actes sans l'esprit du même; Je signifie que si quelqu'un va là prendre un bain ou chanter anent (une chanson sacrée) seulement pour qu'ils puissent le photographier ou filmer, il sera mal vu par Arutam qui au lieu de lui donner sa bénédiction, le peut maudire.

Dieu permetant, les pages suivantes sont aussi claires que ma pensée.

Définitions:

Maikiua: la boisson hallucinogène fait de floripondio (sp Brugmansia. et sp Datura.).

Natem: la boisson hallucinogène a fait d'ayahuaska "liane spirituelle" (sp Banisteriopsis.)

Tsaank: la boisson hallucinogène a fait de tabac (sp Nicotinia.)

Arutam: l'incarnation de la force spirituelle que l'homme cherche dans sa vie pour devenir un homme complet et puissant.

Ayamtai: Une hutte construite dans la forêt pour la cérémonies et les activités associées avec la recherche d'Arutam.

Payank: la canne de cérémonie.

Natip: la tasse rituelle utilisé pour les boissons hallucinogènes.

ENSUITE

le contact